Mairie de Poisy

Vous êtes ici : Accueil > Présentation de la commune > Quelques repères historiques

Quelques repères historiques

JPEG - 8.7 ko


Connaissez vous bien Poisy ?
Savez vous que :
- Des trésors y ont été découverts......
- L’époque monastique a vu se développer la culture de l’oeillette.....
- Les exploitations agricoles diminuent mais restent encore bien présentes...

Retrouvez ci-dessous des éléments concernant son histoire ainsi que sur le site de la Communauté de l’Agglomération d’Annecy consacré au patrimoine des 13 communes qui composent son territoire.

L’Epoque Antique

De par sa situation géographique, Poisy fut rapidement peuplé dès la période gallo-romaine.
Pour le prouver, les historiens avancent quelques arguments :

> un trésor du IIIe siècle y fut découvert ainsi que des tuiles à rebord et des outils de ferme anciens,

> en 1873, à Vernod, un cimetière burgonde fut mis à jour : 12 tombes en dalle de molasse avec ossements d’adultes et d’enfants, plaques de suspension en bronze, fragment de boucle avec ardillon, fibule en argent doré.

JPEG - 6.1 ko
fil temps

De semblables découvertes furent encore signalées en 1897, 1928 et 1950.

Les romains construisirent de larges routes empierrées pour desservir de grands domaines ruraux appelés “villas”.

La villa de Mariniacus aurait donné son nom au village de Marny.

Le Général Brassilius serait à l’origine du nom du village de Brassilly.

Tout ceci prouve l’ancienneté du peuplement de Poisy auquel la configuration du site n’est certainement pas étrangère.

L’époque monastique

JPEG - 7.5 ko
monastique

A l’ombre de sa petite église burgonde située probablement dans le secteur de Vernod (si on en juge d’après la présence de nécropoles en ces lieux), Poisy a vécu toutes les vicissitudes des différentes invasions.

L’élevage était la principale occupation des paysans ainsi que la chasse. Comme partout ailleurs, les moines investirent le site pour apporter aide aux nécessiteux et aux malades (les Maladières).

Ils apportèrent aussi leurs méthodes de culture. De paysan, on devint laboureur. Le travail de la terre consistait dans la culture des légumes (fèves, pois secs et blés, avoine, orge, froment).

On cultivait l’œillette pour produire l’huile nécessaire pour la table et les lampes, le chanvre (Les Chenevières) pour la confection des cordes, draps et habits.

Les paysans apprirent la manière de soigner les abeilles pour le miel et la cire nécessaire aux chandelles.
Les moines créèrent une véritable émulation… Le bail emphytéotique (de longue durée) apporta la garantie de la jouissance de la terre aux paysans ainsi qu’à leurs enfants.
Au XIIe siècle, un prieuré s’installa à Poisy. En 1404, décision pontificale, ce prieuré passa sous la dépendance des chanoines de l’Abbaye d’Entremont-en-Bornes.
Le 13 avril 1645, l’Abbé Marc-Antoine de Granery, de l’Abbaye d’Entremont, prend possession du prieuré de Poisy.

De 1666 à 1672, il entreprend la restauration de cinq bâtiments. Nous pouvons voir, encore aujourd’hui, sur la porte d’entrée du presbytère les armoiries de l’Abbé de Granery.
Ces armoiries sont détaillées à la rubrique Blason

De cette longue période subsistent seulement le clocher de l’époque romane et deux vitraux classés de l’époque médiévale qui représentent, l’un, à gauche du chœur, Notre Dame, celui de droite, Saint Martin, patron du prieuré et maintenant de la paroisse. Ils témoignent de la qualité de l’art des verriers à la fin du Moyen-Age.

L’ère contemporaine

Pendant longtemps, Poisy conserva son caractère rural. L’élevage était la principale activité. La collecte du lait s’est, petit à petit, organisée pour transformer sur place le lait en beurre et en fromage.
La production s’étant vite avérée supérieure aux besoins de la consommation locale, une fruitière-fromagerie s’est construite en 1886, au chef-lieu, sous forme de coopérative. Dans les années 1930-1950, elle comprenait plus de 100 sociétaires.
Mais, progressivement, après la guerre 1939-1945, la production laitière alla décroissant : 83 890 litres par mois en 1973, 63 824 litres par mois en 1975.

JPEG - 8.4 ko
ere contemporaine

Le déclin s’accéléra rapidement. Poisy épousait la mutation économique du bassin annécien. Le paysan devint ouvrier ou employé.
Les bâtiments de la fruitière n’ayant plus depuis longtemps d’intérêt économique, la commune s’en porta acquéreur en octobre 1996 et leur démolition eut lieu quelques jours après pour laisser place à un immeuble (l’Agora) dans lequel fut installée une crèche - halte-garderie en 1999.
Perdant progressivement sa vocation rurale, Poisy ne conserve que quelques exploitations agricoles et prend de plus en plus un caractère résidentiel.
Son passé agricole est cependant perpétué par la présence, sur le territoire, d’un lycée agricole à l’audience internationale et d’un centre d’élevage.
En 1992, pour marquer cet enracinement et cette évolution, la municipalité a voulu les traduire dans un logo.